Ils ont fait du chômage une chance / Laurence a renoué avec le plaisir de travailler

“Chargée d’affaires commerciales, ma santé était en danger. J’ai voulu sortir de cette situation d’épuisement et renouer avec la création et mon métier initial d’architecte d’intérieur. Fini la pression d’un job subi !” Laurence, 48 ans, célibataire, deux enfants de 19 et 17 ans, Malakoff.

Image : Dan Cook
“Chargée d’affaires commerciales pour l’aménagement de plateaux de bureaux dans une agence, ma santé était en danger et je sentais que je m’éteignais à petit feu face aux contrainte. J’avais l’impression de ne plus voir que l’objectif et le chiffre. Ce travail était rentable et ambitieux mais ce n’était pas moi. J’ai eu du mal à m’en rendre compte et à l’accepter. J’ai voulu sortir de cette situation d’épuisement, me soigner, me reposer et reprendre les activités physiques que je n’arrivais plus à caser dans mon agenda et renouer avec la création et mon métier initial d’architecte d’intérieur.

Place à la créativité

J’ai donc créé un blog et écrit articles et interviews. Je prends des cours de yoga et de méditation. J’ai repris le sport et pu retrouver une corpulence normale ainsi que la santé. Je dors à nouveau. Enfin, j’expose mes tableaux. Pour cela, j’ai renoncé à la surenchère autour d’une carrière qui a fini par m’abîmer. J’ai aussi accepté de baisser considérablement mon niveau de vie. Je me serre la ceinture mais en contrepartie, je peux développer mon travail artistique. J’ai six mois de carence mais les paiements commencent bientôt et me donneront la respiration nécessaire avant de faire rentrer l’argent de manière plus tangible.

Meilleure qualité de vie

Les meilleures aides reçues pour l’instant proviennent du bouche-à-oreille de la part de gens croisés qui vous encouragent et vous motivent. Mon emploi du temps est plus libre. Je peux travailler le soir ou le week-end et pas le matin si je veux. J’ai abandonné la voiture pour le vélo, autolib’ et le métro. Je ne pars plus la boule au ventre pour dix heures de travail par jour. Mes enfants me trouvent plus épanouie, plus heureuse même s’ils sont inquiets de mes choix d’orientation et craignent que cela ne fonctionne pas durablement.

Comment j’ai bâti mon projet ?

Pour construire au mieux mon projet, j’ai bâti une sorte de cahier des charges en y incluant ce que je veux et ce que je ne veux plus. J’ai utilisé une méthode basée sur l’estime de soi à base de tout un tas de questionnaires utiles. J’ai mené un travail d’introspection et me suis posé une question essentielle : vaut-il mieux être plus heureux quitte à se serrer la ceinture ou bosser pour gagner de l’argent ? J’ai pris le temps de m’isoler pour identifier mes envies et mener une démarche approfondie grâce au bilan de compétences et au coaching. Il faut penser à soi pour moins subir ou se lamenter et parvenir à se questionner. C’est une chance fantastique de renouer avec le plaisir de travailler autrement, pour d’autres missions et en toute autonomie. Fini l’abrutissement ou la pression d’un job subi !”
lepianonepassaitpasdanslascenseur.wordpress.com

Leave a Comment