Ils ont fait du chômage une chance : Abdoulaye

Abdoulaye, 33 ans, marié deux enfants du Val d’Oise ou l’ex-technico-commercial du monde de l’industrie s’est lancé dans l’humanitaire.
Photo by Matthew Henry from Burst

« Ex-technico-commercial du secteur de l’industrie, j’ai évolué plusieurs années au sein d’un grand groupe, un des leaders mondiaux dans le domaine du nucléaire et de l’aéronautique pour lequel je vendais des pièces de rechange. Mes revenus étaient confortables mais, si l’expérience était passionnante, je ne supportais plus, ni la mauvaise humeur de collègues qui plombait l’atmosphère, ni la discrimination ressentie. Il y a quelques années, j’ai eu un déclic : l’envie de m’engager dans le milieu associatif. Je voulais notamment aider les jeunes issus de l’immigration à s’en sortir mais aussi les habitants du Mali, mon pays d’origine, à monter en compétences pour plus d’autonomie sur place. J’ai alors décidé de me prendre en main afin d’exploiter mon plein potentiel et fonder une association, un organisme de formation et de conseil aux entreprises, porteur de projets autour de l’entrepreneuriat, l’innovation et les enjeux du développement durable. J’ai développé une application de mise en relation entre stagiaires et entreprises ainsi qu’une plateforme de e-learning.

“J’ai beaucoup appris sur moi-même”

Cela est né d’une révolte. Je ne supporte pas l’échec ni le fait d’être considéré comme un assisté. Je n’ai jamais supporté qu’on me refuse de suivre une formation lorsque j’étais salarié. D’autre part, je ne comprenais pas pourquoi tant de jeunes sortaient du système scolaire ou décrochaient. Aujourd’hui, mon objectif est de contribuer à créer de l’emploi et de la richesse, à soutenir ceux qui en ont besoin et partager les savoirs. Mon projet humanitaire s’appuie sur ce que j’ai appris jusque-là, mes compétences technico-commerciales notamment. À présent, j’ajoute une dimension humaine à mon arc et j’ai gagné en autonomie. Je fais ce que j’aime et je me lève chaque jour avec la même envie de faire bouger les lignes. Je me suis découvert : j’ai beaucoup appris sur moi même, sur mes limites. »

Leave a Comment