Vivre et travailler en Australie – Les 5 questions clés pour tout savoir

emmanuel-rodriguez.jpgFondateur de l’Australian French Club, un réseau d’entraide dédié aux Français d’Australie, Emmanuel Rodriguez était directeur informatique en France. Aujourd’hui, il vit à Sydney. D’abord responsable de l’informatique puis consultant en informatique, il a depuis ouvert un restaurant français.
Il répond aux 5 premières questions de Alexandre Lassalle pour toutpourchanger.com.


TPC.com : Venir vivre et travailler en Australie, comment ça marche ?
L’idéal, c’est d’être sponsorisé par une entreprise française qui vous envoie en Australie. C’est rare. Mais on peut aussi être sponsorisé par une entreprise australienne, depuis la France ou directement sur place par le biais du site Internet du ministère de l’immigration. Il faut que l’entreprise prouve qu’elle n’a pas la ressource disponible en Australie : il y a donc certains domaines, comme l’informatique, les mines ou l’artisanat, où il est possible d’être sponsorisé et d’autres non. Dans la restauration par exemple, il est relativement facile d’être sponsorisé en tant que chef alors que c’est quasiment impossible en tant que serveur.

TPC.com : Comment trouver un sponsor ?
Contacter les grosses agences d’intérim peut être une bonne idée. Car si en tant que client j’ai besoin d’un ingénieur informatique, l’agence d’interim peut me répondre : « J’en ai un, mais il ne sera disponible que dans un mois ». En fait, l’agence a des CV de gens déjà interviewés qu’elle peut sponsoriser dès qu’elle en a l’opportunité. Il a beaucoup de Français qui sont arrivés de cette façon en Australie. Il y a l’agence Polyglot, qui s’adresse spécifiquement aux candidats francophones, mais il ne faut pas avoir peur de contacter les autres agences d’intérim (Randstad, Adecco, Manpower…). Et si on veut chercher un sponsor sur place, il faut se préparer avant le départ : savoir qui sont vos interlocuteurs, quel type d’entreprise vous pouvez contacter, comment marchent les visas et quel est le coût de la vie pour ne pas être surpris d’avoir dépensé toutes vos économies plus tôt que prévu. La chambre de commerce et d’industrie franco-australienne peut aussi, de façon payante hélas, vous fournir la liste des entreprises françaises en Australie.

TPC.com : Quelles sont les autres possibilités en termes de visa ?
On peut aussi venir avec un « Working Holiday Visa » (WHV) ou Visa Vacances Travail. Le WHV s’adresse aux moins de 30 ans. La demande se fait uniquement depuis la France et le visa s’obtient en général en 48h. Pendant 1 ans (ou deux si vous travaillez au minimum trois mois dans une ferme), vous avez le droit de travailler autant d’heures que vous le voulez pour un employeur pendant 6 mois d’affilée. Au bout de 6 mois, vous devez changer d’employeur. C’est un bon moyen de démarrer en Australie. Car sponsoriser quelqu’un, ça coûte de l’argent à l’entreprise. Donc le WHV permet de montrer qu’on est une personne sur qui on peut investir.

TPC.com : Quelle est la situation de l’emploi en Australie ?
Dans l’industrie, les mines, l’agriculture, c’est le quasi plein emploi : il n’y a pas assez de ressources. L’informatique est aussi un domaine très porteur. La recherche, la finance, c’est plus compliqué. Quand au marketing et à la communication, ce sont des branches sèches. Il y a beaucoup de gens qui viennent en Australie parce qu’ils ne trouvent pas de travail en France pensant qu’ici c’est l’El Dorado. Mais ce n’est pas vrai dans tous les domaines, ou il faut être prêt a se réorienter.

TPC.com : Quel est le niveau d’anglais nécessaire pour trouver du travail en Australie ?
Le niveau d’anglais exigé dépend du métier. En cuisine, par exemple, il vous faut un niveau basique. Mais si vous voulez faire des études ou travailler dans la banque, on attend de vous que vous soyez quasi bilingue. Mais pour autant que vous avez le vocabulaire, il n’est pas nécessaire de parler un anglais d’Oxford. Ils adorent l’accent français. Il ne faut pas essayer de le cacher.

S’installer en Australie – Le dossier Toutpourchanger.com
S’installer durablement en Australie – Immigration permanente
“Les Français ont très bonne réputation en Australie”
Magali vit et travaille en Australie – Témoignage et conseils en vidéo

restaurant-montparnasse-australie.jpg*Fondateur de l’Australian French Club, Emmanuel Rodriguez était directeur informatique à la Société Générale. Mais quand on est né sous le soleil de Nouvelle Calédonie, pas facile de s’épanouir au milieu des tours de la Défense. En 2002, il décide de changer de vie et dépose une demande de résidence permanente à l’immigration australienne. Quelques années plus tard, après avoir été le directeur informatique de la zone Asie Pacifique pour le plus gros assureur britannique, il pose enfin ses valises à Sydney. Il y devient responsable de l’informatique pour l’Etat de Nouvelles Galles du Sud puis consultant en informatique. Il ouvre également un restaurant français, le Montparnasse Café Restaurant, et crée l’Australian French Club, un réseau d’entraide sur le réseau social LinkedIn.

20 Comments

  1. VPS AUSTRALIA
  2. taragnat
  3. chadrack
  4. kouman
  5. recettes
  6. menix28
  7. abderrahim
  8. alex
  9. Thibaut
  10. Alex
  11. Florence
  12. 10franco71
  13. sousoum
  14. Alexandre
  15. Kevin
  16. KIKOKIKO03
  17. Alex Lassalle
  18. Myriam

Répondre à fall Annuler la réponse