Que de bonnes nouvelles

À la une de Courrier international du 12 février : « Merci la crise ! ». Un titre un brin provocateur, certes, nuancé par un sous-titre plus explicite : « Décroissance, frugalité, écologie… c’est le moment de changer ». Grâce à quelques articles de la presse internationale, l’hebdo confirme mon point de vue : « Un remède à la crise : changer ! ». Merci la crise ?

El País enfonce le clou en titrant un papier « cinq raisons d’être optimiste » car, selon le journaliste, « aussi douloureuses qu’elles soient, les crises sont favorables aux changements positifs ». Ces bouleversements dus à la récession ouvrent donc peut-être la voix à un changement profond des mentalités : fin de la surconsommation, nouveaux rapports de solidarité, retour à la terre… Et citons Meryl Streep qui se réjouit : « Il y aura moins de mauvais films ». La crise serait-elle cinéphile ?

« Mode de vie : les Français changent tout »

C’est la une du Journal du Dimanche du 15 février dernier. La presse fait son beurre des conséquences de la crise. Que de changements annoncés ! 76 % des Français se disent prêts à acheter durable, bio et plus pratique. Halte donc à l’abondance, fini les gadgets inutiles, terminé les fraises à Noël. En revanche, vive la famille et le terroir ! Attention cependant car les spécialistes du marketing, plutôt doués et un peu filous sur les bords, sauront surfer sur cette vague et nous tendre de nouveaux pièges. Restons vigilants.

Le job de vos rêves

Enfin, l’info date de quelques semaines et fait l’objet d’une polémique… votre nouveau job à portée de clic repéré sur le site Le Post.fr. L’annonce : sillonner les îles situées en plein cœur de la barrière de corail australienne pour nourrir les poissons, 6 mois payés 75 000 euros, une maison de fonction, le voyage offert, bref, le paradis… 34 000 candidatures ont été reçues par l’office du tourisme de la région. Vous me direz, pourquoi si peu de candidatures pour un tel poste ouvert aux candidatures du monde entier ? Peut-être est-ce trop loin ? Vous craignez le soleil ? Vous n’aimez pas gagner autant d’argent ? Vous avez peur des poissons ? Vous détestez l’eau ? À croire que le job de rêve des uns n’est pas le job de rêve des autres.

Yves Deloison

3 Comments

  1. Esther
  2. Pierre