Trucs à savoir pour chercher un job en cachette

chercher-job-cachetteVous occupez un poste, mais vous envisagez d’aller voir ailleurs. Entre manque de temps et peur d’être repéré par votre employeur, difficile de prospecter. Conseils pour démarcher sans se faire pincer.

Sous-payé, peu responsabilisé ou lassé de vos missions, peu importe, votre décision est prise, vous voulez quitter votre boîte pour un nouveau job. Mais comment faire pour construire votre projet et mener à bien vos démarches en douce ? Comme vous ne savez pas combien de temps va durer votre prospection, vous ne devez prendre aucun risque pour garder la confiance de votre employeur. Le danger sinon : que vos conditions de travail deviennent exécrables.

En parler ou pas ?

Pas question donc de crier sur tous les toits votre envie de changement ! Mais comment mobiliser votre réseau tout en évitant les fuites. L’exercice semble périlleux. Pourtant, s’en priver, c’est à coup sûr passer à côté de quelques bons plans. La solution : solliciter ses amis proches, les personnes en qui vous avez toute confiance sans omettre de leur demander de garder le silence sur vos démarches. L’information circule vite, vous le savez. Faut-il en parler aux partenaires de votre entreprise actuelle ou informer fournisseurs et concurrents ? Oui car là aussi, vos interlocuteurs peuvent vous aiguiller vers de nombreuses pistes. Mais sous conditions car ça n’est pas sans risque. Apprenez à faire preuve de discernement. Devez-vous uniquement vous fier à la qualité des relations que vous entretenez avec les uns et les autres ? Ça n’est pas certain. Sachez qu’en faisant ce tri, il est possible de commettre une erreur de jugement. Tout le monde autour de vous n’est pas bien intentionné. Alors essayez de trouver le bon équilibre entre confiance à tout crin et parano totale.

Être à l’écoute, enquêter

Faites la liste des interlocuteurs sur lesquels vous pensez pouvoir compter et restez en veille. Et côté collègue, comment faut-il agir me direz-vous ? Il vaut mieux éviter par exemple de répéter à qui veut l’entendre que vous cherchez un nouvel emploi. Là aussi, on peut perdre gros en agissant sans prudence. Tout est question de formulation. Rien ne vous empêche de montrer votre intérêt sur l’actualité de votre secteur : mouvements de personnels au sein des entreprises, lancement de nouveaux produits, ouverture de filiales… Pas la peine de préciser ni de mentir. Après tout, un de vos proches peut être en quête de ce genre d’infos.

S’afficher sans ostentation

Rien de plus classique que d’utiliser Internet, e-mail et téléphone pour rechercher un job. Attention, cela comporte des risques. Un petit tour de votre ordinateur de bureau sur un site d’emploi, un message de candidature adressé par mail de votre boîte professionnelle… Tout cela laisse des traces. Utilisez plutôt votre matériel personnel pour ne pas attirer la curiosité. Autre écueil possible : mettre son CV en ligne sur un site de recrutement n’est pas sans conséquence. C’est pourquoi je vous conseille d’anticiper vos envies de changement, tout simplement en laissant votre profil actif sur Viadeo ou LinkedIn même quand vous êtes en poste. Faites-le évoluer au fur et à mesure de votre actualité. En revanche, soyez prudent dans les formulations de demande de contact. N’oubliez pas non plus que Facebook est un espace public. N’indiquez que ce que vous voulez voir diffusé.

Être clair et carré

Et si un recruteur potentiel vous passe un coup de fil et que vous êtes à proximité de collègues, laissez sonner votre téléphone. Vous rappellerez à la pause pour proposer un rendez-vous entre midi et deux ou après le boulot. Si l’opportunité d’un entretien de recrutement se profile, prévoyez-le en dehors des plages de travail. Pas toujours simple, certes. Mais si vous ne voulez pas trop attirer l’attention, il faut jouer serré. En outre, votre interlocuteur n’est pas censé ignorer que vous occupez un poste et que vous n’êtes pas toujours disponible. Précisez-le dès le premier contact. C’est aussi un bon moyen d’éviter qu’il contacte votre employeur actuel pour obtenir des informations à votre sujet. Même si cette pratique est encore rare en France, ça peut toujours arriver.

Pris sur le vif ? Comment réagir ?

Imaginons que vous soyez démasqué par votre employeur. Rassurez-vous. Rien n’est fichu pour autant si vous réussissez à lui prouver que vos démarches ne remettent pas en cause la qualité de votre travail. S’il fait part de son mécontentement, expliquez-lui que vous éprouvez un sérieux manque de reconnaissance mais évitez de remettre en cause votre entreprise pour ne pas risquer d’enflammer la situation. Vos états d’âmes personnels doivent suffire à justifier votre motivation à aller voir ailleurs. Dites que vous visez d’autres missions ou une organisation différente car vous avez le sentiment d’avoir fait le tour de la question. Si les raisons qui vous poussent à bouger sont uniquement matérielles, vous pouvez aussi profiter de l’occasion pour avancer vos pions : augmentation de salaire, nouvelles responsabilités, évolution de carrière… Ultime conseil : ne démissionnez surtout pas tant que vous n’avez pas signé votre nouveau contrat. La prudence est mère de toutes les vertus.

Poster un commentaire

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>