La vie rêvée des travailleurs à domicile (2)

vie-revee-des-travailleurs-a-domicile2Ménage, paperasserie, rangement, bricolage, si seulement on pouvait rester toute la semaine à la maison pour s’occuper de tout ça. Facile ! Il suffit de travailler chez soi. Pas si simples. Quand la maison devient bureau, ce qu’il faut savoir avant de se lancer.
La vie rêvée des travailleurs à domicile (1) / Première partie

Travailler chez soi, c’est aussi travailler seul. « Il ne faut pas se leurrer, confesse Thibaut, webmaster. Certes c’est plus facile de se concentrer quand on n’a personne sur le dos pour vous perturber. Mais certains jours où on n’est pas très motivés… Bonjour les dégâts ! » Il est facile d’avoir envie de faire l’école buissonnière. Par conséquent, cette formule est à déconseiller fortement aux personnes indisciplinées. « Sans compter, poursuit Thibaut, que la tentation de l’isolement complet est tentante. C’est la solution de facilité, ne voir personne, rester toute la journée chez soi, c’est confortable. » Attention à ne pas s’encroûter ! « Quand j’ai un coup de mou, conseille Thibaut, je m’oblige à sortir une demi-heure, ça me fait du bien et ça me vide un peu la tête. » Difficile toutefois de toujours respecter ce rythme. Il peut même arriver de n’éteindre l’ordinateur qu’avant de se coucher, et là, c’est encore pire : impossible de décrocher et de s’endormir. Sans parler des week-ends régulièrement grappillés parce qu’un retard s’accumule sur une mission. Cela dit, un salarié au bureau a lui aussi du mal à couper d’une mission inachevée. Puis les collègues bavards… Thibaut de contraster : « Au final, travailler en solitaire permet quand même de retrouver confiance, je n’ai plus besoin de faire constamment mes preuves : le client qui est content paie. Ça veut dire que je réponds à ma mission ! »

La vie en rose bonbon

Une fois maîtrisées ces quelques turbulences propres au travail chez soi, la vie est belle. De fait, travailler à domicile participe dans la majorité des cas d’un vrai choix. Par conséquent, tous les sacrifices nécessaires ne sont rien comparés au bonheur que procure la sensation d’être en adéquation avec ses envies. Catherine, consultante, confirme. Longtemps employée d’un réseau associatif, mère d’une grande fille de 18 ans, cette jeune femme dynamique de 40 ans sent qu’il est temps pour elle de prendre son envol, que c’est maintenant ou jamais. « C’est incroyable, car au final, tout ce déploiement d’énergie est pour soi. Tous mes amis me le disent : je suis beaucoup plus épanouie ! Oui, bien sûr, je travaille sans doute plus qu’avant, mais cela ne me pèse pas. Tout cela est complètement balayé par l’intime conviction que je suis au bon endroit ! Et ça, ça n’a pas de prix ! » Catherine n’est pas la seule à le penser. Se sentir responsable, travailler bien et en confiance, être l’acteur de sa propre réussite… La voilà la clé du secret. Travailler chez soi, au final, c’est comme une très bonne mousse au chocolat : une fois qu’on y a goûté… Pour ceux qui y trouvent leur compte, un retour en arrière est catégoriquement banni ! Faites-vous partie de ces heureux élus ? Pour le savoir, rendez-vous dans la suite du dossier !

La vie rêvée des travailleurs à domicile (1) / Lire la première partie de l’article

Un commentaire

Poster un commentaire

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>