D’autres pistes que le CDI pour décrocher un job

d-autres-pistes-que-le-cdi_©toutpourchangerFace à la difficulté de trouver un emploi, certains contournent le problème en s’appuyant sur d’autres formes de collaboration : télétravail, portage, intérim… Tour de piste des solutions pour travailler autrement.

Pas simple pour beaucoup de décrocher un emploi durable aujourd’hui, en particulier quand on a plus de 50 ans. En guise de solutions, certains optent pour d’autres formes de travail : télétravail, portage salarial, intérim, temps partiel… Nombre de pistes permettent de travailler en dehors du salariat classique et de rebondir. En outre, entre temps partagé, multi-employeur et pluriactivité, de nouveaux modes de collaboration en entreprise voient le jour. Seuls un tiers des salariés français travaillent aujourd’hui en CDI (contrat à durée indéterminée), de 9h à 17h, du lundi au vendredi. Et même si le CDI, contrat dont beaucoup rêvent encore, a encore de beaux jours devant lui, il ne concerne plus qu’à peine la moitié des actifs de l’Hexagone.

Télétravail

Parmi les nouvelles formes de travail qui permettent de décrocher un job : le télétravail. Moins développé qu’en Europe du Nord ou aux États-Unis, il n’en est pas moins promis à un avenir radieux. En effet, de plus en plus de salariés français confirment que le télétravail a valeur d’argument dans la recherche d’un emploi. Mais on se montre toujours réticent en France car beaucoup considèrent à tord qu’on travaille mieux dans un bureau qu’au sein de l’entreprise. Cela semble tout de même changer puisque petites et moyennes entreprises pensent que c’est un atout en termes de productivité.

Intérim

Autre forme de collaboration plus traditionnellement explorée : l’intérim. C’est un bon moyen de contourner les difficultés rencontrées dans les démarches de recherche d’emploi. Les méthodes de recrutement du travail temporaire reposant avant tout sur les compétences, ce sont les agences qui valident les profils sans tenir compte des questions liées à l’origine, au sexe ou à l’âge par exemple, facteurs fréquents de discrimination. Autre argument de poids en faveur de l’intérim : une mission peut servir de période d’essai. On estime à 1/5e les embauches réalisées à l’issue d’un contrat. Par ailleurs, il arrive que les réseaux d’intérim recrutent directement en CDI.

Portage salarial

Pour ceux qui veulent travailler en tant qu’indépendant sans pour autant créer leur propre structure juridique, le portage salarial est une option. La société porteuse facture au client pour celui qui réalise la mission puis lui reverse un salaire après avoir prélevé une commission. Actifs à géométrie variable Enfin, dans la famille multi et pluri, des pistes originales existent. Entre autres, le groupement d’employeurs, la pluriactivité ou le temps partagé. La première solution vous permet d’être recruté par une société coopérative ou une association afin de collaborer pour différents adhérents selon les besoins. Dans le cadre de la pluriactivité, vous cumulez différents métiers à la fois : consultant et enseignant, traducteur et musicien… Enfin, le temps partagé consiste à travailler à temps partiel pour plusieurs entreprises simultanément, et parfois en jonglant avec différents statuts : salarié, microentrepreneur, auteur…

Avantages et inconvénients

Par choix ou par nécessité, de plus en plus d’actifs décident de s’accommoder de contrats précaires et relancent leur carrière via ces modes de collaboration alternatifs. A cheval entre incertitude et émancipation, ces formes de travail entraînent souvent une moindre rémunération. Qui est pour certains, largement compensée par une meilleure qualité de vie. Ces derniers revendiquant même une vie professionnelle plus aisément conciliable avec leur vie personnelle. Ces modes collaboratifs sont aussi appréciées pour l’indépendance et la liberté qu’ils procurent. Mais opter pour une de ces solutions nécessite bien sûr de posséder des capacités compatibles telles que l’autonomie. Véritables tremplins pour l’emploi, ces différentes alternatives au CDI bénéficient à tous ceux qui veulent avoir la main sur leurs activités professionnelles. Les termes précaire et heureux deviennent donc ici conciliables pour les actifs qui choisissent cette voie. Et seulement pour eux !

Leave a Comment